Notez cette campagne !
Avis des lecteurs 7 Avis

Depuis octobre 2017, la toile, en particulier Twitter, s’est réunie contre les agressions faites aux femmes sous la bannière #MeToo, suivie dans la foulée par son homologue française, #BalanceTonPorc. Et les hashtags, c’est bien. Ça libère la parole. Mais combien de temps ? Pour s’assurer que l’élan de solidarité né autour de ce problème de société perdure, l’application HandsAway révèle le combat qu’elle mène depuis 18 mois contre les agressions sexistes et sexuelles, dans ce spot glaçant de TBWA\Paris.

Peut-être faites-vous partie des 21% de Français qui estiment qu’on a trop entendu parler de #MeToo et #BalanceTonPorc. Ou encore des 40%* que ces langues déliées sur Twitter ont laissé indifférents. Peut-être même faites-vous partie de ces femmes qui pensent que c’est exagéré, de ces hommes qui se sentent coupables alors qu’ils estiment n’avoir jamais eu de comportement abusif, ou encore de ces gens qui croient qu’il faut nous laisser la liberté d’importuner. Peut-être vous demandez-vous même pourquoi ces femmes se déchaînent sur Internet, parfois après des décennies de silence, au lieu d’aller porter plainte contre leurs agresseurs.

C’est vrai que parler, c’est important. Mais parler, c’est difficile. Même si libérer sa parole, c’est déjà un début de thérapie pour les victimes. Que quand on se sent entouré, on regagne en confiance. Et que faire la lumière sur un objet permet de développer une prise de conscience. Mais est-ce que ça suffit ? Et dans l’urgence du moment, parler à qui, au juste ? Victime comme témoin, que faire ?

Si vous avez déjà subi des agressions sexistes et/ou sexuelles, si vous craignez que cela vous arrive un jour, si vous voulez lutter contre ce problème de société qui commence à être forcé hors de sa banalisation, sachez qu’il existe une application : HandsAway. Une petite application qui tient dans votre poche, qui constitue une communauté solidaire contre le harcèlement de rue, et qui se révèle aujourd’hui en faisant vivre les témoignages de femmes, recueillis depuis déjà 18 mois, avec TBWA\Paris.

Pourquoi on aime ?

Déjà, parce que TBWA\Paris parvient à montrer la désolante banalité des agressions sexistes et sexuelles grâce à ce spot polyphonique. De l’ambiance festive d’un bar à la solitude nocturne de la rue, plusieurs voix de femmes, qui semblent se raconter les agressions dont elles ont été victimes, sur le ton de la confidence et au présent de vérité générale. Comme si la parole de l’une déclenchait la parole de l’autre, jusqu’à se confondre, créant une chaîne de récits, dont la violence pourtant monte crescendo. Mais sans incrimination, sans accusation ciblée, et qui présente davantage la difficulté qu’il y a à nommer le problème.

Ensuite, parce que TBWA\Paris nous montre l’importance du collectif. Réunies, ces femmes ne sont plus confrontées à la victimisation de leur situation. Toutes ces femmes, membres de la communauté HandsAway, sont déjà dans la recherche de la solution, en commençant par libérer leur parole. Et on remarquera aussi que ces femmes sont sans visage. Une anonymisation qui rappelle que les agressions sexistes et sexuelles, ce n’est pas le problème de chacune, mais celui de tous.

Enfin, parce que TBWA\Paris restitue en images la violence de ces agressions en traduisant littéralement les témoignages de ces femmes. Ces hommes abusifs sont eux aussi anonymes, mais personnifiés par un gang de phallus agités qui parcourent la ville. Voyeurs fascinés par les dessous d’une jupe, prédateurs sexuels prêts à se jeter sur n’importe quoi, des bouteilles, des tuyaux, une “sale chienne”. La violence de ces images opère une catharsis, agressant le spectateur.

Et qu’est-ce qu’on peut en retenir ?

Ce premier spot publicitaire de l’application HandsAway arrive sans doute au moment le plus opportun. Alors que le public commence à se lasser des scandales en série, dont le traitement médiatique contribue à dénoncer bien sûr, mais finalement à banaliser aussi ces situations, à force de ne rester que sur le factuel, il est temps de pouvoir agir. HandsAway se présente comme une solution à la fois simple, intime et solidaire d’agir contre les agressions sexistes et sexuelles. Et ce, au moment où le gouvernement se mobilise aussi contre les #ViolencesSexistes, avec la présentation d’un projet de loi prévue le 7 mars 2018, et la journée internationale de la femme le 8 mars.

Alors mobilisez-vous, parce que cette jolie initiative portera ses fruits à la force du collectif. Soyons nombreux à passer le mot, et à devenir des Street Angels. Et aux hommes qui se braqueraient de n’être réduits qu’à l’image d’un phallus, repassez-vous bien le packshot de fin : HandsAway a conscience qu’il s’agit d’une minorité d’entre vous, et invite évidemment la majorité d’entre vous qui n’êtes pas coutumiers de ces faits à entrer dans la communauté de lutte contre ces agressions. Parce que la force du collectif résidera aussi dans l’inclusion des hommes et des femmes dans cette cause. Et on espère que pour son prochain spot, on en saura plus sur les Street Angels.

 

*Source : Baromètre 2018 de la confiance dans les médias, Kantar TNS

Loading...
Facebook Messenger for Wordpress