Notez cette campagne !
Avis des lecteurs 8 Avis

Il y a quelques jours, nous vous parlions des bonnes résolutions sous l’angle du feel good prises par les marques. Avec cette actu, on complète notre sélection 2018 ! Pour sa première prise de parole de l’année, c’est Motorola qui s’engage à nous faire prendre de bonnes résolutions en nous encourageant à combattre notre dépendance au smartphone ! Voyez vous-même :

Et vous comme cette maman, « ça vous arrive aussi de disparaître derrière votre smartphone ? »

C’est bien la question que la marque nous invite à nous poser avec son film « Hello 2018 », réalisé par l’agence Ogilvy Paris, qui montre à quel point le smartphone peut s’immiscer dans nos vies et dans nos relations avec nos proches. Et pour preuve, ces données issues d’une étude sur les Français et le smartphone :

26.6 fois par jour* : c’est le nombre de fois que l’on regarde notre smartphone en moyenne.

Et cela va jusqu’à 50 fois par jour pour les 18-24 ans. Pour la grande majorité d’entre nous, on le regarde pendant les dîners en famille ou entre amis (81 % des Français). Et pour certains, au milieu de la nuit (41%).

Forte de ce constat, Motorola lance ainsi un débat sur les méfaits de la surconsommation du mobile pour alerter sur les comportements antisociaux qui l’accompagnent. Le dispositif global lancé par la marque a ainsi pour objectif d’enclencher une vraie prise de conscience collective autour de la place du smartphone et de promouvoir un meilleur équilibre de vie matérialisé par le hashtag #PhoneLifeBalance.

Si l’ambition est d’abord de sensibiliser les Français à travers la diffusion de la campagne digitale jusqu’à fin janvier, elle sera également lancée dans d’autres pays tels que les US, l’Allemagne, la Grande Bretagne avec d’autres contenus, datas et infos pour nourrir le débat et accompagner au quotidien les consommateurs.

En parallèle, Motorola a lancé son site https://phonelifebalance.motorola.fr/#/ qui permet à l’utilisateur d’aller plus loin dans sa quête d’équilibre :

À travers un quizz qui permet de déterminer son profil d’utilisateur, entre accro ou quasi-étranger, et des conseils pour mieux utiliser son smartphone, le site matérialise concrètement l’impact du smartphone dans notre quotidien. Et au cas où ça ne suffirait pas, le site met à jour les résultats du quizz avec des chiffres chocs du type : « 52% des hommes préfèrent s’abstenir de relations sexuelles pendant un mois plutôt que d’abandonner leur téléphone », ou encore : « une personne sur 10 a déjà consulté son smartphone pendant un enterrement » pour renforcer la prise de conscience.

Pourquoi on aime ?

Parce que c’est un parti-pris plutôt culotté pour un constructeur de smartphone !

La démarche semble entrer en contradiction avec le dessein des marques de téléphonie et même contre-productive quand on sait qu’elles auraient tout intérêt à nous faire surconsommer du mobile. C’est d’autant plus surprenant que notre addiction vient d’une certaine façon des constructeurs eux-mêmes qui, au fil des années, ont créé des devices de plus en plus innovants et performants, et dont le smartphone est encore aujourd’hui le fer de lance. Dans ces circonstances, un retour en arrière est un pari osé, encore plus lorsqu’il est porté par un emblème de la téléphonie.

Motorola montre ainsi l’exemple et ouvre la voie vers plus d’engagement sur des sujets de société. En effet la campagne incarne un insight sociétal fort en révélant sa tension : le smartphone est un indispensable du quotidien dont on n’arrive plus à se dispenser. Et de la même manière que nous avons laissé entrer le smartphone dans nos vies, pourquoi ne pas apprendre maintenant à le délaisser ?  

Cette démarche va donc dans le sens d’une véritable régulation des usages par la déconnexion au profit d’une reconnexion avec la réalité et les autres. Il s’agit d’un acte de sensibilisation voire même de prévention qui n’est pas sans rappeler les thèmes des campagnes gouvernementales ou institutionnelles.

La neutralité de Motorola face à ce sujet, duquel elle n’est à l’origine pas neutre de part la nature de son activité, rend sa communication avant-gardiste. De plus, en tant que pionnière dans l’industrie du mobile, la marque est légitime à être au cœur de ces nouvelles tendances sociétales et peut ainsi, face aux dérives, venir défendre une meilleure vision et consommation du smartphone. On note également que la campagne ne se veut ni stigmatisante ni moralisatrice mais bien au contraire, nous propose d’être en empathie avec l’entourage qui subit notre addiction, une tendance de communication que nous avions déjà repérée chez Plansboard dans un précédent débrief !

Et vous, à quelle fréquence utilisez-vous votre smartphone ?

 

* « Les Français et le smartphone en 2016 : une relation fusionnelle » Deloitte France – https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/technology-media-and-telecommunications/articles/usages-mobiles-2016.html

Loading...
Facebook Messenger for Wordpress