Cela fait plus de 200 ans que le vieux continent s’est industrialisé. Avec lui le monde entier s’est mis à se développer aussi afin de produire toujours plus de confort pour ceux qui peuvent se l’offrir.

Comme l’a déclaré Lavoisier, rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme. Les ressources se raréfient car elles sont transformées en produits et autres déchets. Alors que l’impact écologique se ressent de plus en plus, les parties prenantes, responsables majeurs de cette catastrophe redoutée se décident enfin à tirer la sonnette d’alarme pour de bon. Les contre-mesures étant les seules solutions envisageables face à ce qui guète la planète, les parties prenantes se sont données rendez-vous le 30 novembre pour la COP21 afin d’œuvrer de concert pour ne pas franchir le point de non retour. Cette conférence de la dernière chance n’engage pas seulement les gouvernements, les marques aussi ont leur rôle à jouer, et certaines comme Ben & Jerry’s engagent leur politique de RSE à cette même occasion…

La limite à ne pas dépasser : 2°c 

Les scientifiques s’accordent sur le fait que nous ne pouvons pas émettre plus de 565 gigatonnes de CO2 dans l’atmosphère au cours du XXIe siècle si nous voulons rester dans la limite des 2 °C. Nous savons tous que les conséquences seraient dramatiques et irréversibles. WWF tire encore plus fort la sonnette d’alarme en affirmant que 2°C c’est déjà beaucoup trop. À l’aube de la COP21, alors que le chiffre annoncé est bien ancré dans les têtes, le WWF sort une campagne imaginée par Publicis Nurun afin de faire prendre conscience que la limite de 2°c reste un objectif encore trop confortable face au danger que le monde encoure.

De la Responsabilité Sociétale des Entreprises

Soucieux de l’héritage que laisse sa génération à son fils et aux jeunes générations, le PDG de Ben & Jerry’s Jostein Solheim a décidé de s’engager à prendre des mesures afin de réduire l’empreinte écologique de son entreprise. En France Ben & Jerry’s annonce cette initiative avec l’aide de l’agence Pschhh en lançant le mouvement #FonduFoutu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

#FonduFoutu c’est le mouvement issu d’une déclaration du fondateur de la marque, Ben Cohen qui disait en parlant du produit “Si c’est fondu, c’est foutu”. Cette déclaration a été adaptée au contexte actuel afin de demander la justice pour le climat. “Dites à vos leaders : nous avons besoin d’une énergie propre d’ici 2050” En plus de rendre disponible son Rapport d’évaluation Sociale et Environnementale Ben & Jerry’s propose de signer une pétition sur la plateforme Avaaz.

“Rejoignez Avaaz, Ben & Jerry’s et les millions de citoyens du monde entier qui font appel aux leaders des pays développés et aux Nations Unies pour s’attaquer au changement climatique lors du prochain sommet qui aura lieu à Paris. Notre objectif est que les leaders internationaux travaillent à atteindre 100% d’énergie propre d’ici 2050.”

Bien plus qu’un mouvement c’est un véritable plan stratégique qu’engage Jostein Solheim puisque Ben & Jerry’s lance un projet de partenariat avec sa société mère Unilever pour passer à une énergie 100 % verte d’ici 2020.

Ces ambitions font aussi écho au plan stratégique de Suez Environnement qui a récemment regroupé toutes ses filiales sous le même nom afin de mener “la révolution de la ressource”.

Bien sûr, au delà des solutions politiques supportées par la marque et qui doivent être prises lors de la COP21 (se débarrasser des combustibles fossiles, augmenter les sources d’énergies renouvelables, taxer les émissions de CO2 et épauler les pays en voie de développement), Ben & Jerry’s s’engage à continuer ses efforts déjà entrepris afin de montrer l’exemple.

“Nous dépendons de l’agriculture pour nos principaux ingrédients, en particulier les produits laitiers, ainsi que la fabrication de nos produits, les camions transportant nos produits finis et les congélateurs pour garder notre crème glacée à température. Nous connaissons notre empreinte carbone, et travaillons à la réduire. Nous travaillons avec nos agriculteurs pour réduire les émissions de méthane des fermes, nous menons la marche vers un congélateur plus propre et écologique aux États-Unis, et avons construit le Chunkinator dans notre usine des Pays-Bas, qui nous aide à alimenter l’usine à partir des produits dérivés des crèmes glacées. Nous savons également que ce que nous avons fait n’est pas suffisant et que nous devons faire plus.”

Dans un réel soucis écologique et sociétal, Ben & Jerry’s s’est engagé à changer ses processus et invite le grand public à changer ses comportements et même à réclamer ce même engagement aux plus hautes sphères de notre monde.

Cette campagne corporate hybride a pour force de fédérer le grand public autour d’une cause pour laquelle chacun a son rôle à jouer. On connaissait l’effet boule de neige et sa connotation souvent péjorative, Ben & Jerry’s #FonduFoutu propose son effet boule de glace avec son résultat positif pour le climat et tous les bipèdes soucieux de protéger leur environnement.

Loading...
Facebook Messenger for Wordpress